Archives

Charb : Peti traité d’intolérance

Charb, nous comprenons bien que tu préfères mourir debout que vivre à genoux. Bah, malheureusement, tu es assassiné et mort à assis, ce type que tu n’aimes pas trop.
Dans cet ouvrage et également composé de soixantaines articles que tu adresses à ceux qui ont peur de mourir. Il s’agit d’un livre que tous les titres des articles commencent par le mot MORT et qui avait écrit par une personne déjà morte.t

Publicités

MC à la télé, NTV HD

10617354_624260461006262_380327623_nJ’ai fait MC aujourd’hui à la télévision, NTV HD, pour le programme de la Santé. Le sujet est porté sur le Virus Ebola, son histoire, sa révolution, son infection, la préservation et protection. La discussion était en langue cambodgienne et anglaise. Les intervenants sont Docteur et Professeurs, MM. Sin Chun Im et A. Anderson, qui travaillent pour l’Université Internationale et l’Hôpital Sen Sok. Il sera diffusé à la télé, la semaine prochaine, Lundi et Mercredi, de 17h à 18h, l’heure au Cambodge, à NTV HD.

Je suis vraiment désolé pour nos chers pays en Afrique qui étaient infectés par cette maladie. Par l’intérêt de ce programme, j’espère bien que les cambodgiens et téléspectateurs comprennent mieux problèmes mondiale.

10589584_624260517672923_1873102075_n

ថ្ងៃនេះ ខ្ញុំធ្វើពិធីករ នៅទូរទស្សន៍នាគព័ន្ធ NTV HD ក្នុងនាទីសុខភាព។ ប្រធានបទ ត្រូវបានផ្តោតជាសំខាន់នៅលើជំងឺ Ebola, ប្រវត្តិជំងឺ, ការវិវត្តិ, ការឆ្លងមេរោគ, និងការការពារ។ ការពិភាក្សានេះបានអញ្ជើញចូលរួមពីវាគ្មិនកិត្តិយសគឺលោកវេជ្ជបណ្ឌិតនិងសាស្ត្រាចារ្យ ស៊ិន ឈុនអ៊ីម និង Anderson មកពីសាកលវិទ្យាល័យអន្ដរជាតិ IU និងមន្ទីរពេទ្យ សាកលវិទ្យាល័យអន្ដរជាតិសែនសុខ។ កម្មវិធីនេះនឹងត្រូវចាក់ផ្សាយនៅសប្តាហ៍ក្រោយ នាថ្ងៃចន្ទល្ងាចម៉ោង៥-៦ និងផ្សាយសាឡើងវិញ នៅថ្ងៃពុធ វេលាម៉ោងដដែល។

ខ្ញុំពិតជាសោកស្តាយចំពោះប្រទេសមួយចំនួនក្នុងទ្វីបអាហ្រ្វិកដែលរាតត្បាលដោយជំងឺនេះ។
តាមរយៈកម្មវិធីនេះ ខ្ញុំសង្ឃឹមថាទស្សនិកជនខ្មែរ យល់កាន់តែល្អប្រសើរពីបញ្ហាជំងឺសកលនេះ។

10617688_624260511006257_44213397_n

Ecrire le reportage pour la presse, le cours supplémentaire de journaliste cambodgien

10458711_1443589795893926_63254954738705992_nJe me suis inscrit à CEN, Cambodian Express News. Le cours du journaliste : « Ecrire le reportage pour la presse » commença au début de ce mois, le 7 juin, jour de mon 22è anniversaire. On n’apprend que le samedi, les quatre semaines de juin 2014.

C’est vraiment intéressant et impressionnant car les cours qui présentent par les intervenants de RFI (Radio France Internationale), ancien journaliste d’AFP (Agence France Presse), VoA (Voice of America), Cambodian club of journaliste, journal local, département du média et de la communication (DMC), journaliste et photographe indépendant… Le prix d’inscription doit être payé avant le commencement du cours. C’était assez cher pour un étudiant comme moi, pourtant j’ai convaincu un ami à entrer dans cet enseignement, alors nous deux, avons la réduction du prix de 10 dollars chacun. L’organisateur est responsable pour le déjeuner, le café et le snack.

Le premier matin, j’ai rencontré deux personnes importantes. L’une était le Président de Cambodian club of journaliste et de CEN. Ce monsieur nous rappelait les principes du journalisme et le droit d’expression.

L’autre était Peter Starr, ancien journaliste d’AFP qui était envoyé spécial au Japon. Il est Peter Starrmaintenant le haut conseiller du parlement cambodgien. Il a partagé avec nous les expériences de sa carrière professionnelle et il a aussi présenté des News et Hotnews. Il est très gentil et il voudrait m’inviter chez lui pour déjeuner car Il est surpris de me voir, seul jeune francophone dans la classe. On s’entend bien et on garde des contacts et plus tard, il m’a invité au restaurant de l’Institut Français au Cambodge. Lors du repas, on a beaucoup discuté de la politique cambodgienne.

M. Kong Sothanarith de VoA nous a présentés du Feature, reportage, le texte long. Il nous a distribué deux textes de ses collègues pour comparer et tirer la notion du cours en expliquant.

Lorsque la première rencontre, M. PEN Bona, rédacteur en chef de la RFI en langue 10406774_728573243856184_2264859369821726094_ncambodgienne, nous a expliqué comment écrire des Hotnews et les aspects généraux concernant la carrière du journaliste.

Aujourd’hui, deuxième séance avec lui, après sa présentation du portrait (Profile, terme technique en anglais), on a pris des photos souvenirs pendant la pause-café. En effet, selon nous, il explique bien et clairement la notion du cours. On aime bien sa manière de parler et d’expliquer. Personnellement, j’aime bien écouter ses émissions à la radio, et sa chronique d’analyse sociale. Selon les remarques, il est toujours en uniforme, le haut repassé avec le pantalon correct.10412032_1443608545892051_6478970979761490895_n

J’ai contacté le personnel de RFI et VOA. Ils sont ouverts et nous permettent de faire des stages.10376905_1441249096127996_1999873686683319375_n

On a vu aussi, Teav Sarakmony, le vice-directeur de Raksmei Kampuchea, journal local pour la séance des articles sur la politique.

 M. Moeun Nhean, photographe indépendant et lauréat du prix des photos, nous a partagé la technique pour prendre des bonnes photos.

 M. Kang Sérath, enseignant et facilitateur du cours, s’est occupé de la procédure de l’écriture du texte.

 La vidéo en ligne, présenté par Touch Yinmony, enseignant à DMC et réalisateur.

 La dernière session sera samedi prochain, pour Youtube et Facebook et les droits des journalistes. Finalement, ce sera la remise des certificats.

  

Par Oudom HENG

Photos : Roeurn Chanthey et Oudom HENG

Apprendre à dire NON, par Oudom HENG

Je souhaite participer au Concours International d’Essai des Jeunes 2014 organisée par la Goi Peace Foundation et l’UNESCO, dans la catégorie « adolescent » portant sur le thème : « Mon rôle en tant que citoyen de la terre ». Mon texte a été envoyé ce matin. Certes, on attendrais le résultat dans quelques mois prochains. Tous les gagnants seront annoncés en novembre 2014 sur le site web de la Goi Peace Foundation ( http://www.goipeace.or.jp ) ou sur le site web de l’UNESCO (www.unesco.org/youth)

 a2a12b5366

Apprendre à dire NON

 par Oudom HENG

Traditionnellement, au Cambodge, le respect dû aux aînés est très important. La parole des anciens est considérée comme une vérité qui ne peut être contredite. Les jeunes n’osent pas opposer de refus. Ce manque de résistance peut être dommageable car il empêche le développement d’un esprit critique, c’est pourquoi je pense que les jeunes doivent apprendre à dire « non » aux traditions et aux ainés lorsque leur libre arbitre leur indique qu’une chose est mauvaise ou fausse. Il faut cesser de suivre des pratiques sociales qu’on ne comprend pas ou avec lesquelles nous sommes en désaccord. Dire Non, faire venir la réfection et la nouvelle pratique car on ne peut pas prévenir le nouveau résultat différé si l’on fait la même habitude. Il me semble que c’est là mon rôle de citoyen de la Terre que d’apprendre à dire « non ».

Au Cambodge actuellement, les citoyens ne portent aucune attention aux déchets et à la pollution. Les déchets plastiques sont un véritable fléau, les gens jettent leurs bouteilles en plastique et toutes sortes d’emballage n’importe où sans prendre gare à l’environnement et à la qualité du paysage. Aussi, les enfants n’ont pas de bon exemple et n’apprennent pas à changer leurs pratiques, et perpétuent ces mauvais réflexes. Il faut apprendre à dire « non » à cette habitude et le meilleur moyen de le faire est de donner l’exemple, aussi mes amis et moi avons pris l’habitude de ramasser les déchets des autres dans les lieux publics et touristiques afin de lutter contre cette pollution et donner une meilleur image de notre ville. Nous espérons être imités par d’autres et que notre attitude inspire les plus jeunes.

Les jeunes cambodgiens d’aujourd’hui rêvent tous d’une mobylette moderne ou d’une voiture et ne se soucient pas de l’impact de tels modes de transport sur le réchauffement climatique. Pour ma part, j’ai opté pour le vélo, qui me semble le moyen de transport le plus adapté pour une circulation fluide et le plus écologique.

Depuis trois ans, la délégation de l’Union Européenne coopère avec l’association de la jeunesse cambodgienne et la mairie de Phnom Penh pour organiser un tour à vélo de la capitale. Cette manifestation est intitulée « Vert est beau. Cyclistes à Phnom Penh ». J’y ai participé cette année ainsi que trois milles personnes, presque tous de jeunes cambodgiens. Cette manifestation a eu lieu le 9 mai, journée de l’Europe, mais elle a surtout pour but de promouvoir la « culture verte », l’amour de l’environnement et une façon de refuser la pollution de notre planète.  

Par ailleurs, j’aime beaucoup la lecture et l’écriture est ma passion. Je m’appuie sur mes compétences rédactionnelles pour rédiger des articles et des nouvelles qui ont pour but de faire changer les mauvais comportements au sein de mon pays.

Parmi les jeunes cambodgiens, la crainte d’une mauvaise gestion des ressources est répandue. Nous craignons qu’un manque de transparence et qu’une mauvaise gouvernance entrainent des conséquences négatives sur l’environnement, notamment en ce qui concerne l’extraction minière.

L’ONG Oxfam Amérique et l’Université de Norton ont organisé l’an dernier un concours qui pour faire entendre la voix des étudiants cambodgiens sur la question de la gouvernance et l’extraction minière. J’ai participé à ce concours car je me sentais concerné, comme tous les jeunes cambodgiens, par ce problème et j’ai remporté le sixième prix. L’essai que nous avions à rédigé avait pour but de dire « non » à la mauvaise exploitation des ressources naturelles au Cambodge et nous devions également formuler des recommandations. Par ces essais, nous espérons participer à une meilleure exploitation des ressources dans notre pays en inspirant de nouvelles idées à nos dirigeants.

Plus jeune, quand j’étais lycéen, je m’étais déjà engagé, cette fois dans la lutte contre la drogue. J’ai participé à un concours de poèmes organisé par la mairie pour apprendre aux jeunes à dire « non » à la drogue, qui détruit notre humanité et nuit à l’ensemble de la société. J’ai remporté le deuxième prix de mon arrondissement.

Par la suite, après mon baccalauréat, j’ai travaillé dans un magazine local en tant que reporter. Pendant un an et demi, j’ai écrit de nombreux articles sur mes thèmes de prédilections : l’engagement civique, le volontariat, le développement durable, l’entreprenariat social et l’égalité entre les hommes et les femmes. J’ai amené mes lecteurs à réfléchir sur ces thématiques et à dire « non » à l’inégalité et l’incivilité.

La corruption est également un sujet problématique au Cambodge, aussi je ne me prive jamais d’en parler autour de moi et d’assister à des conférences sur le sujet, notamment celles organisées par Transparency International Cambodia. Lorsque cette organisation a lancé une compétition littéraire, j’y ai participé en envoyant une nouvelle sur le sujet de la lutte contre la corruption au Cambodge car ce sujet me tient à cœur.

Enfin, j’aimerais ajouter qu’il faut apprendre à dire « non » à l’inaction. Il faut dénoncer les atteintes à l’environnement et au civisme pour améliorer la qualité de vie dans le monde. Comme nous l’a appris le résistant Stéphane Hessel, « indignez-vous » et « engagez-vous ! ».

Phnom Penh, le 28 mai 2014

@photo, internet.

PS: Vous pouvez participer aussi. Le concours est ouvert à toute personne âgée de moins de 26 ans. La date limite de remise des essais est le dimanche, 15 juin 2014. Cliquez ici pour avoir plus d’informations : http://www.unesco.org/new/fr/social-and-human-sciences/themes/youth/sv13/news/my_role_as_a_citizen_of_earth_international_essay_contest_for_young_people/#.U4bG1UDW026

 

Le premier voyage en France où me porte l’espérance

Pour améliorer ma langue, j’essaie d’écrire et rappeler les événements à rédiger en français. Le français, ce n’est pas ma langue maternelle, je suis d’accord, personne n’écrit parfaitement dans une langue qui n’est pas la sienne. Il faut de nombreuses années d’écritures pour avoir un texte parfaitement rédigé. Bon, j’ai encore des années de travail! Il faut continuer d’écrire tout le temps, tous les jours un peu.

ythforum_picto_frQuand et comment êtes-vous allez en France ?

Je suis allé en France du 24 octobre au 10 novembre 2013 pour la participation au 2..8ème Forum des jeunes de l’UNESCO qui a eu lieu du 29 au 31 octobre 2013. J’ai pu participer à ce forum car j’ai été nommé par l’Union des Fédérations de la Jeunesse du Cambodge (UFJC) et sélectionné par le bureau de l’UNESCO à Phnom Penh et la Commission nationale du Cambodge pour l’UNESCO. Mon voyage a été soutenu par le bureau de l’UNESCO à Paris et La Mission des États-Unis auprès de l’UNESCO.

Avant d’être désigné, j’ai été volontaire au poste de Liaison Officier auprès de l’Union des Fédérations de la Jeunesse du Cambodge (UFJC) dans l’organisation de la 37ème Session du Comité de Patrimoine Mondial en juin 2013 à Phnom Penh. J’ai occupé le poste de chef de groupe des jeunes volontaires dans le domaine du Secrétariat de l’UNESCO.

DSCF9718

Quelques jours avant le commencement du 8è Forum des jeunes de l’Unesco, vous avez participé au Start Up Weekend, pourriez-vous  nous raconter?

2Je suis arrivé à Paris le 24 octobre 2013 pour assister dès le lendemain au cours d’inspiration de l’entreprenariat social, Start Up Weekend. Certes, avant de commencer ce forum de la jeunesse.

Il faut aussi rappeler qu’avant de partir en France, j’ai proposé ma candidature pour Startup Weekend et j’ai été sélectionné pour ce séminaire très instructif. J’ai eu la chance d’assister à cet atelier du 25 au 27 octobre avec d’autres jeunes venus d’une trentaine de pays différents. Cet événement a été organisé et financé par la Mission des Etats-Unis d’Amérique auprès de l’UNESCO. Cette institution m’a fourni le budget pour mon voyage et m’a donné l’occasion d’apprendre l’entreprenariat social qui a été inventé développé par de brillants experts étrangers. Cette formation m’a beaucoup apporté en termes de confiance en moi et de motivation et j’ai appris les bases de l’installation de petites entreprises.

Le Cambodge intégrera L’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN)DSCF9755 l’année prochaine, en 2015, et je crains que me Cambodge ne soit pas suffisamment solide en termes de ressources humaines et d’éducation pour faire face à la concurrence de ses nouveaux partenaires de l’ASEAN. Le risque est que face à l’ouverture des marchés, le Cambodge perde des emplois. Le Startup Weekend m’a aidé à penser à l’entreprise et à installer des entreprises et étant également les entrepreneurs sociaux à l’avenir. J’aimerais être utile à d’autres personnes de mon pays en concevant des emplois d’avenir et participer ainsi au développement de mon pays. Après cette formation en atelier, maintenant je commence à être l’actionnaire avec mes amis proches pour la gestion de notre propre entreprise, comme la création d’une petite cafétéria et un restaurant et ainsi de penser à la gestion d’un micro financement.

DSCF9753Parlons du Forum des jeunes, qu’avez-vous fait durant cette rencontre des jeunes du monde ?

DSCF9734Permettez-moi de raconter un peu. Parler du forum de la jeunesse de l’UNESCO, l’une des branches des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture organise régulièrement tous les deux ans  le forum des jeunes. L’UNESCO appelle un(e) délégué(e) ou un(e) représentant(e) de la jeunesse des Etats membres pour la discussion et le débat sur ​​la jeunesse en question. Le  sujet change à chaque fois, cette année, le thème du 8è Forum était «Les jeunes et l’inclusion sociale : L’engagement civique, de dialogue et le développement des compétences ». Nous classions en trois axes, le premier est la formulation de la politique et de l’examen de la participation des jeunes, le deuxième est le développement des capacités pour la transition à l’âge adulte, et le dernier est l’engagement civique, la participation démocratique et l’innovation sociale.

DSCF9782 Au cours de la discussion, il y avait les rapporteurs qui sont des bénévoles  parmi les délégués de la jeunesse et qui avaient écrit et rédigé nos recommandations, propositions et débat, après nous avons rédigé ensemble une recommandation finale, puis l’avons envoyé à la Conférence générale de l’UNESCO qui a eu lieu au siège de l’UNESCO du 5 au 20 novembre 2013, pour en discuter et l’intégrer dans les activités et la politique de l’UNESCO.

DSCF9779J’ai apporté des livres pour promouvoir le Cambodge à travers le monde. Ce sont les guides touristiques officiels du Royaume du Cambodge qui ont de nombreux exemplaires et qui pèsent d’environ 13 kg mais seulement cinq titres différents : 1) Merveilleux Royaume du Cambodge ; 2) Un Voyage Pour Une Destination Exotique En Asie, Le guide pratique officiel du ministère du tourisme ; 3) Destination Guide, en anglais ; 4) The official, Destination Guide, en anglais ; 5) The Kingdom’s Best Kept Secret, en anglais.

Pour renforcer notre solidarité, nous, les jeunes venant du pays dans l’ASEAN, travaillons ensemble comme un groupe de discussion pour établir la recommandation. Nous étions totalement d’accord de lancer l’idée que tous les états membres de l’UNESCO doivent créer une commission nationale auprès de l’UNESO.paris-045

Personnellement, j’ai été très heureux de participer à cet événement car j’ai pu apprendre beaucoup de choses sur le monde, en particulier me faire des amis en provenance d’autres pays à travers le monde entier. J’ai découvert et compris que le Cambodge n’est pas tout seul, nous avons la famille dans la planète. Par ailleurs, j’ai beaucoup appris sur la situation des jeunes, les défis, les conflits et les obstacles d’autres pays. J’ai également pu observer le fonctionnement de l’assemblée générale du le forum international des jeunes. Surtout, je peux montrer ma capacité et je partage avec eux. Je  peux comparer mes connaissances avec d’autres jeunes, c’est une façon pour que je puisse changer des points faibles et faire des efforts à réussir. De plus, je garde toujours bien en contact avec des autres jeunes par les réseaux sociaux, Facebook et courrier électronique.

Ici quelque site de leurs

Délégué du Canada

Délégué de la Guinée

Délégué de la Thaïlande

Délégué de la Côte d’Ivoire

J’ai le plaisir de partager avec vous la recommandation, le Document Final du 8ème Forum des Jeunes de l’UNESCO : la recommandation du 8ème Forum des Jeunes de l’UNESCO

 Résumé des trois jours du forum en vidéo

Premier jour

Deuxième jour

Troisième jour

IMG_1075

Avez-vous découvert un peu l’Hexagone après votre mission ?

IMG_1082Après le forum, j’ai bénéficié de 10 jours supplémentaires en France, qui est le pays de mes rêves depuis que j’ai commencé à étudier la langue française. Quand je suis resté avec une famille française, j’ai eu l’occasion de visiter Paris: la Tour Eiffel, le Sacré-Cœur de Montmartre, la cathédrale de Notre Dame de Paris, le Musée du Louvre, le Musée Guimet, l’Opéra… J’ai goûté la nourriture française et je l’ai bien aimée. J’ai assisté à un événement : le pot de départ à la retraite du père d’une amie à Argenteuil, et j’ai assisté à une Conférence sur le Cambodge à l’INALCO, l’Institut national des langues et civilisations orientales.

E1

E3Quand je vivais avec une  famille khmère à Montigny les Cormeilles, j’ai eu la chance de visiter les Châteaux de Versailles. J’ai pris le bateau mouche sur la Seine, le fleuve traversant Paris. J’ai goûté aussi la cuisine française là-bas. D’autre part à Poitiers, j’ai fait une conférence sur le Cambodge (Une soirée pour faire connaître le Cambodge) au bénéfice de mon ex-orphelinat avant de revenir au Cambodge le 11 novembre  2013. Je me suis bien amusé en visitant le Futuroscope.

P1010266Que pensez-vous de ce voyage ?

J’ai acquis beaucoup d’expériences au cours de ce voyage. C’était ma première fois à l’étranger et aussi mon premier voyage en avion. J’ai rencontré beaucoup de gens et j’ai eu l’occasion d’améliorer mon français. Ce départ m’encourage beaucoup à faire des efforts pour étudier parce que cela me donne de l’espoir et je voudrais continuer mes études en France à l’avenir.

DSCF9962Et alors, que pensez-vous de Paris et des français?

Ô, Paris, c’est une ville idéale et romantique comme on le dit dans le langage de tous les jours. Aller à la Tour Eiffel était un vieux rêve que j’ai enfin réalisé. Il  faisait très froid même en octobre et novembre car la température à Paris est complètement lec..différente de celle de Phnom Penh. Même si à Paris, la vie est chère pour moi, il y a encore beaucoup de choses à découvrir.

J’ai remarqué que le peuple français, les parisiens en particulier, ne sourit pas beaucoup. Quand j’étais dans la rue, j’ai essayé de leur sourire, mais ils ne me sourient pas. Ils aiment marcher et  bouger très rapidement. Une autre chose, ils aiment beaucoup la lecture, même dans le train, en métro, en bus, à la cafétéria, au restaurant… Les conducteurs et les piétons respectent bien le feu rouge et le code de la circulation.

Avant de finir, avez-vous des choses à ajouter ?

J’aimerais remercier encore une fois l’UYFC, au siège de l’UNESCO, le bureau de2. l’UNESCO à Phnom Penh et la Commission nationale du Cambodge pour l’UNESCO pour m’avoir choisi et m’avoir beaucoup aidé, et surtout je fais beaucoup de remerciements au Gouvernement des Etats-Unis d’Amérique et notamment The United-States Mission to UNESCO pour leur soutien. De plus, je remercie toutes les familles d’accueil, khmères et françaises, qui m’ont beaucoup aidé pour mon premier séjour en France. Sans eux, je ne me serai pas autant amusé et j’aurais sans doute rencontré plus de difficultés.

Texte par

Oudom HENG

PS: Vous pouvez aussi lire des autres articles concernant ce forum ici.

Bureau de l’Envoyé du Secrétaire Général pour la Jeunesse

8e Forum des jeunes de l’UNESCO

8e Forum des jeunes de l’UNESCO : Laissez la jeunesse prendre sa place !

Tête à tête … avec Malamine Koné au 8e Forum des Jeunes de l’UNESCO

Le Cambodge dans notre pensée et notre connaissance.

Pour améliorer mon français et réviser l’histoire de mon pays, je décide d’écrire ce texte.

angkor-wat-siem-reap-cambodia-hdr-photo1A l’époque Angkorienne, le Cambodge était un empire. C’était l’un des Etats des plus puissants de l’empire d’Asie du sud-est. Le peuple cambodgien contemporain a la fierté de l’histoire de ses ancêtres et aussi de sa nation. De plus, la nation cambodgienne a la fierté d’avoir les temples tels que celui d’Angkor, celui de Preah Vihear, mais aussi le Ballet royal (la danse Apsara), Le Sbèk Thom (le théâtre d’ombres khmer) qui figurent sur la liste du patrimoine mondial (matériel et immatériel) et d’autres valeurs culturelles exceptionnelles. En revanche, ce pauvre pays est actuellement listé encore dans les pays les moins avancés. On se demande souvent pourquoi une nation qui était par le passé l’une des plus fortes devient l’une des plus faibles.

ombres Ballet royal du Cambodgetemple-Preah-Vihear-cambodge-thailandeSi l’on regarde aujourd’hui une carte du monde le petit Cambodge se trouve dans l’Asie pacifique, plus particulièrement, en Asie du sud-est. Celui ci partage sa frontière du Nord avec la Thaïlande, du Nord-Est avec le Laos, du Sud et de l’Est avec le Vietnam. Nous pouvons aussi trouver le golfe de la Thaïlande qui se situe au Sud-ouest du Cambodge. Deux saisons partagent l’année. Ces saisons sont la saison sèche et celle des pluies. Le fleuve du Mékong qui coule de la Thaïlande et du Laos et qui se termine au Vietnam, traverse quelques provinces du cœur du pays et  donne de nombreux avantages au pays notamment au niveau agricole, ce qui permet de nourrir le peuple.

home-2Le peuple cambodgien est plutôt doux et gentil. Leur sourire est très souvent présent pour les gens qui leur font face et qui sont autour d’eux, cela même s’ils sont en colère. C’est pour cette raison que les étrangers, particulièrement les occidentaux, décrivent les cambodgiens de la façon suivante : « le Cambodge a érigé la gentillesse en vertu ».

Le Cambodge fut l’empire Khmer mais très désolé, notamment après la chute de la période angkorienne où le Cambodge ne trouvait que lacambodia[2] misère, la guerre de religion et les meurtrissures. Les chefs d’état suivants étaient moins habiles pour diriger le pays et la guerre civile a souvent éclaté afin d’obtenir seulement le pouvoir. La grande terre a alors été perdue petit à petit jusqu’à obtenir le Cambodge tel que nous le connaissons aujourd’hui. Le Cambodge a actuellement pour superficie 181.035 km2 et  une population d’environ 14 millions d’habitants.

flat,550x550,075,fEn 1863, le Cambodge fut sous le protectorat français jusqu’en 1953, date à laquelle il retrouva son indépendance. Ce pauvre pays endura beaucoup de conflits, de guerres dans son histoire avec le Siam (la Thaïlande actuellement), l’Annam (le Vietnam contemporain) et aussi avec le Cham.

Dans des années 1960, Phnom Penh, la capitale cambodgienne, a été reconnue comme une perle d’Asie.

Le royaume du Cambodge a changé pour une république dans les années 1970. Cette première république khmère a été soutenue par des Etats-Unis d’Amérique.

lao-river-sunset-mekongMalheureusement, le Cambodge a ensuite traversé le régime du Kamuphéa démocratique avec les khmers rouges. Ce régime avait alors été reconnu comme l’année zéro. Il y eu durant cette période de l’histoire du sang et des larmes. Cette période historique a été représentée par des films tels que : The Killing Fields et The Missing Picture, l’image manquante, ainsi que le régime Kamuphéa démocratique. Le mauvais régime des khmers rouges est actuellement traduit en justice par la Chambre Extraordinaire au Sein des Tribunaux Cambodgiens parrainée par l’Organisation des Nations Unies.

Ce pays retrouvait, suite à cela, son nouveau sourire après l’accord de Paris en 1991 et l’intervention des Nations Unies depuis 1993. Dans sa constitution, ce pays est une monarchie parlementaire. Le roi règne mais ne gouverne pas.

Angkor Watt 04Depuis la chute du régime khmer rouge en 1979, le parti du peuple cambodgien (CPP) a obtenu le pouvoir depuis une trentaine d’années grâce à l’intervention vietnamienne. Le Cambodge a des difficultés car il se situe sous la puissance de d’autres pays comme la Chine, surtout le Vietnam, même si, il déclare qu’il est indépendant et pratique le système démocratique. Autrement dit, la démocratie est très jeune et très souple pour dans ce pays.

angkorwat.blue

En 2015, il y aura sans doute l’intégration du pays dans l’Associationimages des Nations de l’Asie du Sud-est alias l’ASEAN. Beaucoup de jeunes craignent la perte d’emplois pour les cambodgiens parce que leur éducation et les compétences sont limitées et inférieures à celles des autres citoyens potentiels des Etats membres de l’ASEAN…

Ta-Prohm-temple-CambodiaD’après le rapport de l’organisation internationale pour la liberté et l’information,  Reporters Sans Frontières a exposé que parmi les 179 pays du monde, le Cambodge a été classé au 144ième niveau. Ce rapport montre aussi que le recul de la liberté de l’information s’est traduit par des attaques meurtrières et des menaces de mort à l’encontre des journalistes dénonçant la corruption du gouvernement et les activités illégales portant atteinte à l’environnement, l’abattage et la destruction de la forêt, la violation de la terre et l’exportation du sable et des minéraux.

Selon le rapport de la fin d’année 2013 de Transparence Internationale, parmi 175 pays, le Cambodge est situé au 160ième rang de la liste des pays les plus corrompus dans le monde, mais aussi dans le domaine des droits des citoyens. Il en est de même pour la violation des droits de l’homme, d’après les organisations internationales comme Amnesty, Humain Right Watch et le bureau des droits de l’homme des Nations Unies. Néanmoins, Global Witness a montré aussi que beaucoup de ressources naturelles de ce pays ont été exploitées en toute illégalité.

evening_view_of_angkor_wat_temple_angkor_cambodia©Tous les Photos : Site Internet, Google

Texte par Oudom HENG

Le mercredi 05 mars 2014

 

Regarder vers le futur et la liberté

C’est le devoir que mon enseignant de français nous demande à écrire certains tableaux après avoir fait la visite l’exposition à l’Institut Français du Cambodge.

photo13.php

Le nom du tableau         : Décollage  (Take-off)

Le nom de l’artiste        : CHOEN Channy, peintre

Le type de peinture       : Autoportrait

*Cette peinture a été achetée.

Ce tableau a été réalisé par le peintre contemporain, CHOEN Channy qui  réside actuellement dans la province de Battambang, au Cambodge. Cette peinture est de l’art moderne et il s’agit d’un autoportrait.

Au premier plan, il y a une personne debout qui s’est dévêtue. Ce jeune homme a été enchaîné du pied à la poitrine. Ses mains et ses jambes essaient de sortir de cette chaîne. Sa tête regarde en haut.

Au second plan, il n’y a qu’un fond bleu foncé.

A ma connaissance, le peintre est un homosexuel qui a peint lui-même cet autoportrait. Ce tableau a évidemment un sens positif pour les homosexuels et inéluctablement pour tout le monde qui est dans une situation difficile ou bien pour la personne désespérée, en plus, pour ceux qui ont un passé noir, défavorisé ou une mauvaise histoire.

De ce côté, dans la société khmère contemporaine, l’homosexuel n’est pas encore reconnu largement. Il n’a pas encore le droit au mariage pour les gay et les  lesbiennes, ni le mariage pour tous. Ils sont un peu discriminés par la famille, et sans doute par la société. Pourtant, ce jeune garçon a la liberté d’être qui il est.

Cette peinture représente la personne en difficulté qui est en train d’essayer de sortir de son passé ou de la mauvaise situation actuelle. Il regarde vers le ciel qui représente le futur et la liberté. Même si ce Monsieur est attache avec la chaîne, en revanche, il ne se décourage jamais et il garde toujours sa pensée positive vers le futur.

photo12.php

Le nom du tableau         : Partir  (Getting away)

Le nom de l’artiste        : CHOEN Channy

 *Cette peinture a aussi été achetée

Cette peinture a été réalisée par CHOEN Channy, le même peintre de ce tableau ci-dessus. Il s’agit aussi d’art moderne.

Au premier plan, il y a un bateau surmonté d’une petite cabane remplie de matériels divers. Ce bateau qui est prêt à partir ne s’est pas installé sur l’eau mais la terre cruelle, celle de la saison sèche.

Au second plan, il y a les nuages de couleur grise, bleue, blanche et noire, qui représente la température basse et qui donnerait bientôt la pluie.

Au troisième plan se trouve des petites collines.

A l’arrière-plan, il y a la pluie qui commence à tomber.

Chacun a sa propre interprétation, personnellement pour ce tableau, il ne semble pas que le peintre a montré la même philosophie qu’il a présenté dans sa peinture ci-dessus. Ce jeune peintre dénonce toujours la situation difficile et cependant, cette fois, dans le sens abstrait, il laisse toutefois la lumière en arrière-plan pour éclairer sa volonté de s’en sortir. Comme la pluie tout au loin dans cette peinture, elle est très éloignée mais elle arrivera sans doute rapidement.

Le peintre assure le même thème chez les homosexuels qui ont beaucoup de difficultés dans la société pour défendre leurs droits et leur liberté. Il est difficile mais ce n’est pas dire que c’est impossible. Ce peintre ouvre la porte de la liberté d’esprit pour découvrir sa volonté de vivre à la manière qu’il voulait.