Apprendre à dire NON, par Oudom HENG

Je souhaite participer au Concours International d’Essai des Jeunes 2014 organisée par la Goi Peace Foundation et l’UNESCO, dans la catégorie « adolescent » portant sur le thème : « Mon rôle en tant que citoyen de la terre ». Mon texte a été envoyé ce matin. Certes, on attendrais le résultat dans quelques mois prochains. Tous les gagnants seront annoncés en novembre 2014 sur le site web de la Goi Peace Foundation ( http://www.goipeace.or.jp ) ou sur le site web de l’UNESCO (www.unesco.org/youth)

 a2a12b5366

Apprendre à dire NON

 par Oudom HENG

Traditionnellement, au Cambodge, le respect dû aux aînés est très important. La parole des anciens est considérée comme une vérité qui ne peut être contredite. Les jeunes n’osent pas opposer de refus. Ce manque de résistance peut être dommageable car il empêche le développement d’un esprit critique, c’est pourquoi je pense que les jeunes doivent apprendre à dire « non » aux traditions et aux ainés lorsque leur libre arbitre leur indique qu’une chose est mauvaise ou fausse. Il faut cesser de suivre des pratiques sociales qu’on ne comprend pas ou avec lesquelles nous sommes en désaccord. Dire Non, faire venir la réfection et la nouvelle pratique car on ne peut pas prévenir le nouveau résultat différé si l’on fait la même habitude. Il me semble que c’est là mon rôle de citoyen de la Terre que d’apprendre à dire « non ».

Au Cambodge actuellement, les citoyens ne portent aucune attention aux déchets et à la pollution. Les déchets plastiques sont un véritable fléau, les gens jettent leurs bouteilles en plastique et toutes sortes d’emballage n’importe où sans prendre gare à l’environnement et à la qualité du paysage. Aussi, les enfants n’ont pas de bon exemple et n’apprennent pas à changer leurs pratiques, et perpétuent ces mauvais réflexes. Il faut apprendre à dire « non » à cette habitude et le meilleur moyen de le faire est de donner l’exemple, aussi mes amis et moi avons pris l’habitude de ramasser les déchets des autres dans les lieux publics et touristiques afin de lutter contre cette pollution et donner une meilleur image de notre ville. Nous espérons être imités par d’autres et que notre attitude inspire les plus jeunes.

Les jeunes cambodgiens d’aujourd’hui rêvent tous d’une mobylette moderne ou d’une voiture et ne se soucient pas de l’impact de tels modes de transport sur le réchauffement climatique. Pour ma part, j’ai opté pour le vélo, qui me semble le moyen de transport le plus adapté pour une circulation fluide et le plus écologique.

Depuis trois ans, la délégation de l’Union Européenne coopère avec l’association de la jeunesse cambodgienne et la mairie de Phnom Penh pour organiser un tour à vélo de la capitale. Cette manifestation est intitulée « Vert est beau. Cyclistes à Phnom Penh ». J’y ai participé cette année ainsi que trois milles personnes, presque tous de jeunes cambodgiens. Cette manifestation a eu lieu le 9 mai, journée de l’Europe, mais elle a surtout pour but de promouvoir la « culture verte », l’amour de l’environnement et une façon de refuser la pollution de notre planète.  

Par ailleurs, j’aime beaucoup la lecture et l’écriture est ma passion. Je m’appuie sur mes compétences rédactionnelles pour rédiger des articles et des nouvelles qui ont pour but de faire changer les mauvais comportements au sein de mon pays.

Parmi les jeunes cambodgiens, la crainte d’une mauvaise gestion des ressources est répandue. Nous craignons qu’un manque de transparence et qu’une mauvaise gouvernance entrainent des conséquences négatives sur l’environnement, notamment en ce qui concerne l’extraction minière.

L’ONG Oxfam Amérique et l’Université de Norton ont organisé l’an dernier un concours qui pour faire entendre la voix des étudiants cambodgiens sur la question de la gouvernance et l’extraction minière. J’ai participé à ce concours car je me sentais concerné, comme tous les jeunes cambodgiens, par ce problème et j’ai remporté le sixième prix. L’essai que nous avions à rédigé avait pour but de dire « non » à la mauvaise exploitation des ressources naturelles au Cambodge et nous devions également formuler des recommandations. Par ces essais, nous espérons participer à une meilleure exploitation des ressources dans notre pays en inspirant de nouvelles idées à nos dirigeants.

Plus jeune, quand j’étais lycéen, je m’étais déjà engagé, cette fois dans la lutte contre la drogue. J’ai participé à un concours de poèmes organisé par la mairie pour apprendre aux jeunes à dire « non » à la drogue, qui détruit notre humanité et nuit à l’ensemble de la société. J’ai remporté le deuxième prix de mon arrondissement.

Par la suite, après mon baccalauréat, j’ai travaillé dans un magazine local en tant que reporter. Pendant un an et demi, j’ai écrit de nombreux articles sur mes thèmes de prédilections : l’engagement civique, le volontariat, le développement durable, l’entreprenariat social et l’égalité entre les hommes et les femmes. J’ai amené mes lecteurs à réfléchir sur ces thématiques et à dire « non » à l’inégalité et l’incivilité.

La corruption est également un sujet problématique au Cambodge, aussi je ne me prive jamais d’en parler autour de moi et d’assister à des conférences sur le sujet, notamment celles organisées par Transparency International Cambodia. Lorsque cette organisation a lancé une compétition littéraire, j’y ai participé en envoyant une nouvelle sur le sujet de la lutte contre la corruption au Cambodge car ce sujet me tient à cœur.

Enfin, j’aimerais ajouter qu’il faut apprendre à dire « non » à l’inaction. Il faut dénoncer les atteintes à l’environnement et au civisme pour améliorer la qualité de vie dans le monde. Comme nous l’a appris le résistant Stéphane Hessel, « indignez-vous » et « engagez-vous ! ».

Phnom Penh, le 28 mai 2014

@photo, internet.

PS: Vous pouvez participer aussi. Le concours est ouvert à toute personne âgée de moins de 26 ans. La date limite de remise des essais est le dimanche, 15 juin 2014. Cliquez ici pour avoir plus d’informations : http://www.unesco.org/new/fr/social-and-human-sciences/themes/youth/sv13/news/my_role_as_a_citizen_of_earth_international_essay_contest_for_young_people/#.U4bG1UDW026

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s