Campus Asie nous porte de bonnes informations

banniere-site-1000x270

Le Campus Asie 2014 du Barreau de Paris a été organisé à Phnom Penh et s’est déroulé du 16 au 18 février 2014. «Le bilan était positif.» – d’après le réseau social de la page Facebook de l’Ambassade de France au Cambodge. A ma connaissance, le Campus Asie organise une fois par an ce genre de réunion et il vient de créer en Asie, également l’année dernière au Vietnam.  Il a réuni cette année plus d’une vingtaine de juristes cambodgiens, d’une vingtaine de praticiens juridiques venant de pays de l’Asie et d’une soixantaine d’avocats et de juristes francophones afin d’évoquer les évolutions du droit et des affaires au Cambodge ainsi que dans l’ASEAN.

8015_477388455706395_1070989493_n

Pendant ces trois jours, j’ai fait du volontariat au nom de ma faculté de droit durant cette rencontre des avocats de Paris et de l’Asie, à l’hôtel luxueux, Sofitel. J’ai été sélectionné par le Pôle de Coopération française, un seul de ma classe et sept autres de FS2, la dernière classe de licence pour aider comme jeunes volontaires dans ce programme (ici le programme – programmeCampus Asie en PDF).

Je me rappelle que le dimanche 16, au soir du verre d’accueil, il y avait la projection du film khmer à sous-titres en français, « S21 la machine de mort des khmers rouges » de Rithy Panh, réalisateur franco-cambodgien, et ensuite le débat s’est bien passé avec passion. J’ai retenu ces mots : « Chacun a sa place. Moi, en tant que cinéaste, j’ai la mienne. » Rithy Panh a prononcé  lors de la projection du film et puis « Le plus fort a toujours raison. » ajoute-t-il, « Alors, c’est quoi la justice et la vérité? ».

Avec Rithy Panh-

J’étais content d’assister à cette rencontre et d’avoir la  chance d’aider la conférence au nom de mon université. De plus, j’ai appris beaucoup de choses.  Premièrement, je pouvais rencontrer  de nombreux avocats francophones et j’ai fait la connaissance avec un avocat et une avocate d’origine khmère et ceux qui viennent de Paris, du Japon, de la Thaïlande, du Vietnam, de Taiwan …

Deuxièmement, je pouvais pratiquer ma langue française et 1622008_476569979121576_1554503945_nmaitriser la connaissance juridique. Ce qui est important, j’ai eu l’occasion d’écouter les discours des brillants intervenants et de suivre les débats en français. A cause de mon français encore limité, j’étais un peu déçu car je ne pouvais pas comprendre toutes les discussions. En revanche, j’insistais quand même  et j’ai enregistré certains discours dans mon magnétophone, enregistreur au son.

La session de l’ouverture a été menée par le garde des sceaux du ministère de la Justice du Royaume du Cambodge. Ensuite, plusieurs juristes, professeurs, et avocats ont prononcé leur discours. J’ai vu le bâtonnier de Phnom Penh, celui du Vietnam et celui de Paris.

9782709635387« Le système juridique du droit romano-germanique, le droit civil est le meilleur du monde » a prononcé, le Monsieur Pierre-Olivier Sur, bâtonnier de l’Ordre des avocats de Paris, dans la conférence. Il a ajouté que « parce qu’il est pratique et moins cher que la Common Law, le droit anglo-américain.» Le bâtonnier de Paris nous a laissé un bon souvenir en nous offrant son ouvrage « Dans les yeux du bourreau » avec sa signature.

155

Monsieur François Roux qui fut l’avocat en son temps de Duch, l’accusé procès 001 à la Chambre Extraordinaire au sein des Tribunaux Cambodgiens parrainée par l’Organisation des Nations Unies, et qui a partagé avec sagesse et son expérience en tant qu’un avocat brillant. Il a mentionné aussi que grâce au système du droit civil français, les victimes peuvent porter plainte à la Chambre Extraordinaire au sein des Tribunaux Cambodgiens. Il est un bon modèle que l’on n’avait pas eu aux autres tribunaux internationaux, ni au Liban, ni au Rwanda, ni Yougoslavie…

1958582_640472552657148_337752792_n

C’était intéressant quand il parlait de son travail à la CETC. Il raconta que son client Douch avait reconnu sa responsabilité au nom d’un chef de S21 et d’un membre du parti Kampuchea démocratique pendant le régime khmer rouge. Selon François Roux, Douch a dit que « Permettez-moi de m’excuser auprès des survivants. », a-t-il ajouté : « Je ne vous demande pas de me pardonner maintenant, mais j’espère que vous le ferez plus tard ». Une autre manière, Douch a parlé que «Je ne vous demande pas de me pardonner mais je vous demande de laisser la porte ouverte.»

Avec les autres sept étudiants qui sont mes séniors, nous travaillions bien ensemble. Nous avons aidé aux inscriptions de tous les participants et les intervenants. Nous les invitions à rentrer dans la salle avant le commencement et après la pause, les aidions en dehors et dans la salle selon leurs besoins, nous leur distribuions des documents et le programme. Nous leur avons donné les informations concernant cette réunion … A la fin de la conférence, Mme. Scallet, organisatrice, et Mr. Cédric, organisateur, nous ont remerciés beaucoup et nous avons pris la photo-souvenir en souriant.

1794732_477388395706401_1551778730_n

1505323_10203119417574705_2051619180_nMon amie sincère, Rachna travaille chez Radio France International en khmer qui y est allé pour faire le reportage. Elle l’a diffusé toute de suite ce jour-là. Ici lien : l’info de RFI

Texte par Oudom HENG

Grand merci à un ami, Mon vieux français pour sa correction des erreurs d’orthographe.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s